Carnet libérateur

 « Si une personne vous traite mal, rappelez-vous qu’il y a quelque chose qui ne va pas bien en lui, et non en vous. Les bonnes personnes ne détruisent pas les autres êtres humains. »

Auteur inconnu.

C’est sur base de son parcours personnel et de sa formation au Carnet de deuil© qu’Isabelle de Crayencour vous propose de réaliser un Carnet « libérateur » pendant deux jours.

 

Il peut nous arriver à tous de rencontrer sur notre route des personnes malveillantes, manipulatrices ou perverses. Ces personnes profitent d’un moment de fragilité et de vulnérabilité de notre part pour créer , de manière insidieuse, une relation de dépendance.

 

Au travers d’un travail symbolique d’expression par l’art et de réflexion de soi dans l’oeuvre, ce carnet libérateur permet de comprendre le mécanisme de l’abus psychique et de la perversion. Il conduit la personne blessée à se libérer de cette relation mortifère. Ce carnet permet aussi d’activer les mécanismes de résilience afin de poursuivre un chemin constructif et libérateur. Il est important de se poser les bonnes questions, de se remettre en mouvement et de se donner de la perspective pour se défaire de cette emprise.

 

Isabelle de Crayencour vous propose de vous accompagner dans la réalisation de ce travail avec calme et bienveillance. Faites vous confiance, suivez votre intuition, étape par étape, page après page. Fiez vous à vos ressentis, aller vers les matériaux qui vous parlent comme le papier de soie, les images de magazines, la peinture, ou encore les pastels . Laissez vous guider dans vos réalisations pour mieux accueillir les prises de consciences durant l’atelier. L’accompagnement du burn-out avec le journal thérapie © est proposé en groupe mais également en individuel.

  • Informations

  • Il est important de distinguer cet atelier d’une thérapie. Le travail personnel de chacun se fait dans son carnet. Il s’agit d’un dialogue avec soi-même pendant deux jours. L’atelier se passe en silence. Des temps de partages sont proposés et ils sont tout à fait libres. Aucune prédisposition artistique est nécessaire. Tout le matériel est fourni.
    temps de partage seront prévus, mais sans aucune obligation.

    L’atelier se passe en silence. Tous les participants sont guidés par des consignes claires et contenantes.Ce n’est pas une thérapie de groupe, les personnes participantes ne viennent pas raconter ce qu’elles traversent, l’objectif se fait dans le journal, il s’agit d’un dialogue avec soi-même pendant deux jours. Des temps de partages sont offerts et surtout ils sont tout à fait libres. Aucune prédisposition artistique est nécessaire. Tout le matériel est fourni. Pages après pages, les différentes phases de ce deuil traumatique seront explorées. Les participants sont invités à prendre avec eux tout le matériel personnel lié à ce traumatisme ( photos, photocopies, mots, images, souvenirs…. ), ce matériel sera inclu et utilisé dans le carnet.